Afrique du Sud, un cauchemar arc-en-ciel

 Saint laïc, icône des apôtres de la société « arc-en-ciel » que la Caste souhaite étendre à la planète entière, l’ex premier président noir de la  République d’Afrique du Sud (RSA), Nelson Rolihlahla Mandela,  est à l’article de la mort à l’heure ou nous écrivons ces lignes. Un personnage complexe, qui a eu ses faces d’ombre et ses faces de lumière, dont l’engagement d’une vie toute entière ne peut faire oublier le chaos, l’accroissement des violences, de la misère et des inégalités depuis la fin officielle de la politique dite de  développement séparé ( « apartheid ») voici près de vingt ans.

Né en 1918,  issu d’une famille de la noblesse Xhosa (la principale ethnie sud africaine avec celle des Zoulous),  Mandela  est le symbole mondial de la lutte contre l’apartheid.

C’est à l’âge de 24 ans, tout jute licencié en droit, que les choses sérieuses commencent pour  Mandela avec son engagement militant  après sa rencontre avec  deux militants du Congrès National Africain (ANC, membre de l’Internationale Socialiste),  noyauté en profondeur par  le parti communiste sud africain (SACP).

Mandela sera inculpé à l’âge de 45 ans pour  sabotage et haute trahison,  à un moment  ou la RSA bénéficie  du soutien plus ou moins implicite  des chancelleries occidentales. La priorité est alors de faire contrepoids à  une internationale communiste poussant ses pions et  bien décidée à déstabiliser  le continent africain.

Nelson Mandela restera en prison pendant 26 ans. Il  bénéficia d’un régime d’incarcération plutôt bienveillant puisque le gouvernement afrikaner estimait qu’il était un  interlocuteur valable et moins extrémiste que ses autres compagnons de lutte.

Il refusera en 1985 la  libération  que lui proposa le premier ministre  P. W. Botha, en échange d’une déclaration par laquelle il rejetterait  « de façon inconditionnelle la violence politique ».

Cela explique, petite parenthèse,  que quand  Mandela fut accueilli  en juin 1990 dans l’hémicycle à Strasbourg,  Bruno Gollnisch s’étonna  que «le Parlement européen reçoive officiellement un homme qui refuse jusqu’ici d’abandonner la violence terroriste».

Devenu au fil des années l’incarnation de la lutte contre les discriminations, le racisme blancet la domination colonialiste de l’occident sur les peuples du tiers monde, Mandela sera le chouchou du camp progressiste, des idiots utiles du show biz et des « intellectuels  »éclairés  relayant plus ou moins consciemment la propagande communiste.

C’est d’ailleurs au nom de la lutte contre la subversion communiste, du refus des mensonges sur la réalité de l’Afrique du Sud de l’époque, que le groupe FN à l’assemblée  nationale dénonça en novembre 1987, par la voix de Jean-Pierre Stirbois,   l’embargo contre  ce pays qui pénalisait  notamment  à l’époque notre avionneur  Dassault.

Une nation  ou les ethnies noires jouissaient  alors d’un  niveau de développement et de prospérité largement inégalé en Afrique noire. C’est aussi  au nom de cette réalité que  Jean-Marie Le Pen et  le FN estimèrent que le régime afrikaner  était de loin un moindre mal,   un facteur de stabilité et de richesses entouré par  un océan de misère. La comparaison avec l’Afrique du Sud actuel, nous allons nous y arrêter, permet difficilement d’affirmer le contraire

 

Lorsque Frederik de Klerk succéda à M. Botha, en 1989, le mur de Berlin s’apprêtait à tomber et avec lui un régime dont la pérennité aux yeux des Etats-Unis et de leurs alliés n’étaient fondés que sur une politique d’endiguement de la menace soviétique. Le soutien  certainement  le plus fidèle de la  RSA « blanche »  sera jusqu’à la fin l’Etat d’Israël qui entretient d’ailleurs   toujours des relations suivies avec l’Afrique du Sud, pays  comptant une  forte communauté  juive notamment dans l’économie et le marché du diamant.

Libéré en 1990, Mandela prend la tête de l’ANC qui est de nouveau autorisé et entame des négociations qui déboucheront sur la fin d’un apartheid  asseyant  l’hégémonie politique de la minorité  blanche

De Klerk et Mandela recevront alors  tous deux le  le Prix Nobel de la  Paix en 1993. Elu l’année suivante  président  après la victoire de l’ANC ( 62,65% des voix), Nelson Mandela proclame haut et fort  sa volonté de créer des  relations inter-ethniques harmonieuses, son souhait de  bâtir une « nation arc-en- ciel en paix avec elle-même et le monde ».

Il occupera ce poste jusqu’en 1999 (avec deux vice-présidents à ses côtés, lThabo Mbeki et  Frederik de Klerk) , à la tête d’ un gouvernement d’union nationale composé de l’ANC, duParti National Afrikaner et du parti zoulou Inkhata.

 

Trois ans avant le fin de son mandat, il divorcera de sa femme  de sinistre mémoire, Winnie, connue pour son racisme délirant, ses prévarications multiples, son  gout pour la torture dans son fief de Soweto. Notamment  le terrible « supplice  du  collier », un pneu enflammé passé autour du corps de ses « opposants »

En 1998, Mandela épousera en seconde noces  Graça Machel, veuve de l’ancien président mozambicain Samora Machel.

Thabo Mbeki (alors président de l’ANC)  lui succédera à la tête de la RSA puis  Jacob Zuma, actuel président qui se veut avant tout le président des Noirs,   sous la conduite duquel unapartheid à l’envers et les tensions raciales  se sont exacerbées.

Peut-on douter de la sincérité de Mandela dans son souhait  de voir l’avènement d’une société plus juste -actée par l’antiracialisme officiel  de la constitution-, plus  pacifiée ?  Lors de son premier procès très médiatisé au début des années 60, il proclamera : « Au cours de ma vie, je me suis entièrement consacré à la lutte du peuple africain. J’ai lutté contre la domination blanche, et j’ai lutté contre la domination noire. Mon idéal le plus cher a été celui d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie et avec des chances égales. J’espère vivre assez longtemps pour l’atteindre. Mais si cela est nécessaire, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. »

Force est de constater que Mandela président a multiplié les discours d’apaisements et d’ailleurs en janvier 2002, Jean-Marie Le Pen  avait affirmé  tenir «en estime» Mandela pour sa «grande capacité à établir la paix et la réconciliation entre les Africains du Sud». Il avait même manifesté le souhait  de  rencontrer  l’ex-président sud-africain, ce qui n’avait pu se faire du fait des pressions exercées par un certain Jacques Chirac.

Le 26 juin, sur Radio Bolcho, alias France Inter, Marine Le Pen a également salué une «figure d’apaisement», qui a mis fin a-t-elle estimé à «un système évidemment profondément contestable, condamnable et injuste».

Certes, même victime d’une politique  d’épuration ethnique, de meurtres sauvages, soumis à  la loi de discrimination positive  sur l’embauche équitable (Employment Equity Act) d’avril 1999 et celle sur la promotion des Noirs dans le secteur économique (Broadbased Black Economic Empowerment Act) de 2003, la minorité blanche reste de très loin la plus prospère.

Mais elle ne représente plus qu’environ 10 % de la population  totale contre 20% il y a vingt cinq ans. Et une partie des blancs chassés de leurs emplois ont plongé dans la misère. D’autres prennent le chemin de l’exil, comme les Pieds-Noirs en leur temps…

Le grand  photographe blanc sud africain Graeme Williams a affirmé dernièrement que  «Sans Mandela nous aurions connu un bain de sang en 1990. Il a vraiment porté le pays vers la démocratie. Avec lui, nous avons rêvé d’une transition parfaite, où les ennemis d’hier deviennent frères. Mais peut-être que cela n’était pas réaliste et que nous payons aujourd’hui le prix de ce rêve. »

Le prix de ce rêve est exorbitant. Bruno Gollnisch évoquait sur son blog un article du site congolais  Inzocongo.net : « assiste-t-on aujourd’hui à une élimination massive des Blancs via des meurtres ciblés ? Chose tue par les médias traditionnels ? »,  dans une  République sud-africaine qui est désormais « la capitale mondiale du viol et du meurtre », avec dans les seuls anneées 90, 250 000 assassinats!

« Si dans les années 1990, la Commission Vérité et Réconciliation avait été un exercice de catharsis extrêmement important pour baliser un chemin futur de paix et de cohabitation pacifique entre les différentes composantes sociales et ethniques de l’Afrique du Sud, lavérité est qu’aujourd’hui une frange de la population vit dans un mode de vengeance. Celapasse par des meurtres nombreux contre les Blancs sud-africains. Meurtres dont l’ampleur est très peu connue du commun des mortels car les médias internationaux sont très silencieux sur ce sujet comme si on ne pouvait pas critiquer le pays de Nelson Mandela. »

D’après les statistiques établies par Netbank, 85% des fermes attaquées dans ce pays n’ont pas été volées, le vol n’est donc pas la motivation première des attaques. Professeur de droit à la retraite, à la tête de « L’observatoire du génocide », le docteur Grégory Stanton, indique qu’il ya « un mobile de haine, dans ces meurtres de fermiers, ce sont des crimes de haine, des gens assassinés, violés, torturés de façons déshumanisés ».

L’étude de Netbank affirme encore de son côté que « le taux de tués chez les fermiers blancs est le plus haut de tous les groupes de la planète ! », taux quatre fois plus important que pour le reste de la population. « D’après une estimation 35 000 blancs ont été tués sur les routes dans leurs maisons et au travail en Afrique du Sud. »

L’Afrique du Sud ravagée par les haines inter-ethniques et le sida, c’est annuellement environ 240 000 cambriolages chez les particuliers, 60 000 vols dans les magasins, les usines et les bureaux, 140 000 cas de dégradation lourde de matériel, aux alentours de 50 000 viols, 19 000 assassinats et autant de tentatives de meurtre. Le taux d’homicide dépasse les 40 pour 100 000 habitants, vingt fois plus que dans n’importe quel pays occidental. Seule la Colombie et le Salvador font pire.

Une situation qui découle directement de la corruption des forces de police mais aussi et surtout de la désorganisation des structures de l’Etat et de la société sud-africaine, consécutive à la discrimination positive mise en place par l’ANC qui a eu pour effet de faire fuir des dizaines de milliers de cadres compétents.

Si 79 % des 50 millions de Sud-Africains sont noirs, 9,5 % blancs, 9 % métis et 2,6 % asiatiques, le déclin de la population blanche dans la décennie 1995-2005 est estimé à 16,1%. En octobre 2006, l’Institut Sud-Africain des Relations Raciales (SAIRR) révéla que près de 900 000 Sud-africains blancs, représentant un quart des Blancs, avaient quitté le pays depuis 1994.

Quant aux  villes encore majoritairement blanches  comme PrétoriaBloemfonteinSwellendam, plus vieille ville d’Afrique du Sud avec Le Capet Stellenboch, ou encore  Potchefstroom, ancienne capitale des  Boers (dont  les rues portant les noms des héros Boers ont été débaptisées…) elles font  les frais d’un redécoupage territorial.

Concrètement, celui-ci a eu pour objet  de systématiquement noyer ces communes blanches dans une entité administrative plus vaste comptant au minimum 70% de noirs.Celles-ci  sont alors  livrées à des gestions beaucoup plus chaotiques et corrompues…

Comme l’affirmait l’africaniste reconnu  Bernard Lugan sur le plateau de I-télé, interrogé parRobert Ménard le 11 juin 2010, la situation ne cesse de ses dégrader depuis l’arrivée de l’ANC au pouvoir.

« Le chômage a doublé depuis la fin de l’apartheid (de 20 % à 40 %) et à cette époque au moins la criminalité était jugulée, l’électricité fonctionnait et les noirs des différentes ethnies étaient des citoyens à part entière dans les Bantoustans (les Etats noirs indépendants) ».

La « seule solution » pour éviter le chaos actuel aurait résidé dans « un partage territorial équitable », ce que le pouvoir blanc de l’époque n’a pas su ou voulu faire, en lieu et place du « projet mondialiste de melting pot » actuellement en vigueur avec les conséquences dramatiques que l’on sait pour tous les sud-africains. »

Si un arbre se juge à ses fruits, et une doctrine à ses réalisations pratiques,  le rêve arc-en-ciel  de Nelson Mandela est en miette.